Comment choisir ou fabriquer et mettre un masque chirurgical

Le masque chirurgical est devenu obligatoire en France, il va devenir un accessoire incontournable de notre vie quotidienne. Est-ce une solution temporaire ou allons-nous apprendre à vivre avec ?

En seulement quatre mois, le masque est passé d’inutile à fortement recommandé et ensuite, obligatoire dans tous les endroits publics, au sein des transports en commun et des établissements administratifs, de santé ou même bancaires, les restaurants, les hôtels, les gares routières maritimes et les aéroports. L’on peut dire que le masque doit se porter quasiment partout.

Un masque chirurgical parait très simple à utiliser au premier abord, car on l’habitude de voir des médecins le porter à merveille, mais qu’en est-il de nous qui, du jour au lendemain, devons porter ce masque qui est censé nous protéger ?

La priorité aujourd’hui est non seulement d’apprendre à le mettre correctement pour ne pas laisser de trous, mais aussi de le retirer en toute sécurité.

Si vous n’avez pas encore de masques, vous pouvez les acheter dans n’importe quelle pharmacie. Ils ont également été mis en vente dans certains supermarchés, et dans les transports en commun, et si vous voulez acheter à des prix intéressants, il ya des sites spécialisés sur internet où vous pouvez demander des devis en ligne.

1. Le masque chirurgical masque ne suffit pas

La première chose sur laquelle il faut être clair est que le port d’un masque ne suffit pas pour être protégé contre les virus et les bactéries.

Le masque couvre notre bouche et notre nez qui représentent la principale source d’entrée pour les virus, mais il ne couvre ni les yeux ni les oreilles, où ils peuvent également s’installer et atteindre le système respiratoire. De plus, dans le cas où ces virus impactent le masque utilisé et y restent, nous courons le risque d’être infecté lorsque nous l’enlevons.

C’est une aide qui offre une protection, c’est vrai, mais le seul moyen d’éviter la contagion est de ne pas mettre les mains sur nos yeux, notre bouche, notre nez et nos oreilles, et de se laver les mains avec du savon immédiatement après avoir retiré le masque chirurgical, surtout après avoir touché des objets en contact avec des personnes tierces.

• La plupart ne vous protègent pas, mais ils protègent les autres

Beaucoup de gens pensent que le port de n’importe quel masque les protège des virus, mais en réalité, la grande majorité des masques n’ont qu’une protection de 60 à 70% contre la pénétration d’agents pathogènes, même chirurgicaux.

Pourtant, il semble que la gravité du Covid-19 dépend parfois de la quantité de virus qui pénètrent dans le corps, donc si une partie est arrêtée, le corps peut mieux réagir en cas d’infection.

La plupart des masques ne protègent pas à 100% contre les infections, mais ils nous permettent de protéger les autres, en réduisant la propagation du virus lorsque nous éternuons ou toussons. De nombreuses personnes contractent le virus sans le savoir et ne présentent pas de symptômes. C’est pourquoi il est toujours conseillé d’utiliser un masque. Mais lequel ?

• Les masques à valves ne sont pas meilleurs

Certains types de masques possèdent une valve. Ils sont généralement plus chers et donnent l’impression de plus de sécurité. Mais ce n’est que d’apparence.

La seule fonction de la valve est de vous aider à mieux respirer, mais elle n’offre pas plus de protection. Ces masques à valve sont utiles si vous avez du mal à respirer à travers un masque, et ils sont un peu plus hygiéniques. Mais on le répète, ils ne protègent pas plus que d’autres, puisque la vraie protection est dans le tissu.

2. De quel type de masque ai-je besoin ?

Il existe trois types de masques, et chacun a une utilisation recommandée :

• Masques hygiéniques

Ils sont recommandés pour les personnes en bonne santé qui ne présentent pas de symptômes malgré qu’elles aient été testées positives. Ils offrent une protection de base afin de ne pas propager d’éventuelles infections par des éternuements ou de la salive.

• Masques chirurgicaux

Leur utilisation est conseillée aux personnes infectées et présentant les symptômes de la maladie. Ils ne permettent pas au virus de se propager autour des patients.

• Masques PEV

Ils sont recommandés pour les personnes en contact avec le virus, que ce soit les personnes côtoyant des patients atteints du virus ou le personnel de santé. Les médecins peuvent également les prescrire aux personnes vulnérables.

Masques hygiéniques

Ils sont recommandés pour les personnes en bonne santé. Ils couvrent la bouche, le nez et le menton et sont munis d’un harnais qui entoure la tête ou sont attachés aux oreilles. Ils sont généralement constitués d’une ou plusieurs couches de matière textile et peuvent être réutilisables ou à usage unique.

Les masques qui ont respecté les normes de qualité de l’Union européenne portent le mot UNE sur leur étiquette. Il existe plusieurs normes, selon qu’elles offrent une efficacité de filtration bactérienne (EFB) de 90 ou 95%.

Les étiquettes étrangères (par exemple chinoises) peuvent être régies par d’autres règles, qui sont également valides. Il est déconseillé d’utiliser des masques qui ne sont pas conformes à certaines normes de qualité.

Ils sont en vente dans tous les types d’établissements, car il ne s’agit pas de matériel sanitaire.

Masques chirurgicaux

Ces masques sont recommandés aux personnes malades. L’objectif est d’éviter de transmettre le virus à autrui. Ils sont similaires aux masques hygiéniques, mais ont généralement un caoutchouc sur les bords pour mieux épouser la forme du visage.

Il existe deux types, en fonction de leur niveau d’efficacité de filtration bactérienne (EFB) : ceux de Type I et ceux de Type II, ces derniers étant plus performants. Certains ont également une protection contre le sang et d’autres liquides biologiques, et sont appelés IIR .

Il est pratique d’acheter ceux qui ont été certifiés par l’Union européenne. Ils portent les timbres CE et UNE 14683.

Ils peuvent être achetés dans n’importe quel magasin ou en pharmacie, mais doivent être emballés individuellement. Seules les pharmacies peuvent les vendre non emballées. Soyez prudent, car certains ont une date d’expiration. D’autre part, vous pouvez également en commander via un site internet spécialisé.

Masques EPI

Leur utilisation est conseillée pour les personnes en contact avec le virus : les personnes vivant avec des personnes infectées ou encore, le personnel médical traitant. Ces masques EPI se distinguent facilement, car ils ne sont pas en tissu. Ils utilisent un matériau similaire au carton ou au plastique.

Ces masques sont les seuls qui nous empêchent d’être infectés, car ils filtrent l’air inhalé empêchant l’entrée de particules bactériennes dans notre corps.

Il existe trois degrés de protection: FFP1, FFP2 et FFP3, de la protection la plus faible à la plus élevée. Il existe également trois types de filtres, selon le type de particules à bloquer : P1, P2 et P3, du plus petit au plus grand.

Ils sont vendus en pharmacie, dans les établissements spécialisés et les grands magasins.

Il est pratique d’acheter ceux qui ont été certifiés par l’Union européenne. Ils portent les timbres CE et UNE EN-149. De plus, s’ils portent le sceau R, ils sont réutilisables, et le sceau NR indique qu’ils sont à usage unique.

3. Quels sont les tarifs des différents masques ?

• Masques FFP2 au meilleur prix

Les masques de type FFP2 de normes européennes (ou N95 de normes américaines et KN95 de normes chinoises) offrent le niveau de protection le plus recommandé contre les virus. Les tarifs varient en fonction de la quantité proposée et des divers distributeurs.

10 masques FFP2 coûtent en moyenne 18,00 € et 25 € ce qui revient à une moyenne de 1,86 € à 2.50 € par masque, mais vous pouvez les trouver à un tarif supérieur.

La durée de vie d’un masque FFP2​

Les masques jetables FFP2 (également appelés masques « Duck Beak ») ont une durée de vie de 8 heures. Ils doivent être parfaitement positionnés autour du nez et couvrir le menton afin que tout l’air entrant soit filtré, ce qui n’est pas toujours facile.

Important : Tout masque qui a été utilisé doit être jeté, même s’il a été porté pendant moins de 8 heures. Ne remettez jamais un masque jetable que vous avez déjà utilisé !

• Masques chirurgicaux au meilleur prix

Les masques chirurgicaux ont généralement un prix avantageux, car ce sont ceux qui sont les plus utilisés. Ils peuvent varier, selon la quantité, de 6 € pour 20 masques à 17 € pour 50 masques, ce qui équivaut à 0.30 € par masque en moyenne.

Pour les masques chirurgicaux pour enfants, les 50 masques sont un peu plus chers, pouvant aller jusqu’à 20 €, ce qui équivaut à 0.40 € par masque en moyenne.

La durée de vie d'un masque chirurgical

Il est conseillé de les porter pendant un maximum de 3 heures. Ils ne sont ni lavables ni réutilisables, et comme dans le cas des masques FFP2, tous les masques chirurgicaux doivent être jetés après utilisation, même s’ils sont portés moins de 3 heures.

• Masques FFP2 réutilisables au meilleur prix

Ce type de masque offre normalement le niveau de protection indiqué contre le coronavirus, tant que ses cartouches contiennent des filtres FFP2. Ces masques avec cartouches filtrantes sont lavables, réutilisables et s’adaptent parfaitement au visage.

Les masques réutilisables sont très prisés, mais sont coûteux. Le prix de base varie entre 2 à 3 € l’unité, mais ce prix est rapidement amorti, car il est réutilisable après un nettoyage soigné.

Et en ce qui concerne les filtres, cela varie entre 3 à 4 € pour dix filtres FFP2.

4. Le masque chirurgical est-il efficace contre le coronavirus ?

Les masques chirurgicaux (ou « masques à trois couches ») font souvent l’objet de recommandations contradictoires pour la prévention contre le coronavirus. Mais une chose est certaine, ils sont conçus pour filtrer l’air lors de l’expiration, et non lors de l’inhalation.

Par conséquent, les masques chirurgicaux sont souvent recommandés pour les personnes déjà infectées par le virus, de sorte que d’éventuels crachats infectieux ne propagent pas le virus autour des patients malades. Ces masques peuvent également être portés par toute personne qui pense être infectée ou qui a récemment été en contact avec un patient porteur du coronavirus.

En revanche, si vous êtes en bonne santé, mais que vous souhaitez un certain type de protection contre le covid-19, il est préférable d’utiliser les masques de protection de type FFP2.

5. Que signifient toutes les références sur les masques ?

• Que signifient FFP1, FFP2 et FFP3 ?

Les masques sont classés en 3 niveaux de protection selon les normes européennes EN 149-2001 et A1: 2009. Le niveau FFP1 est celui des masques chirurgicaux. Pour se protéger du Covid-19, le niveau de protection minimum recommandé est le FFP2. Les masques FFP2 peuvent filtrer jusqu’à 94% des particules en suspension, tandis que les masques FFP3 filtrent près de 99% des particules. FFP est l’acronyme de «Filtering Facepiece Particles» (Particle Filtering Mask).

• Que signifient KN95 et N95 ?

Ce sont deux normes qui ont deux origines différentes : une américaine et une chinoise.

N95 sont des normes américaines 42 CFR 84 du NIOSH et KN95 des normes chinoises GB 2626-2006.

Les masques N95 et KN95 filtrent 95% des particules en suspension, et peuvent donc substituer aux masques FFP2.

6. Comment savoir si un masque est faux ?

Pendant les premières semaines de la pandémie, en raison de la pénurie de masques, des masques de mauvaise qualité ainsi que des masques avec un certain niveau de protection non conformes aux normes ont été mis en vente sur le marché.

Pour éviter les problèmes, il est conseillé de les acheter en pharmacie, ou dans des établissements de confiance. Des sites spécialisés peuvent également vous proposer des masques de qualité conformes aux normes européennes.

7. Pouvez-vous fabriquer vos propres masques (ou en acheter des faits-maison) ?

L’incitation à fabriquer soi-même un masque est due à la hausse des prix des masques sur le marché, qu’il s’agisse de masques chirurgicaux ou de masques FFP2. Le seul problème, c’est qu’à la maison, il est quasiment impossible de concevoir soit même un masque fiable contre un virus, quelque qu’il soit.

Le niveau de protection FFP2 est en effet très exigeant, et à moins de disposer d’un équipement de technologie médicale de pointe et d’un laboratoire d’essais en interne, il est impossible de produire un masque qui réponde aux critères de cette norme.

Et pour cause : l’air doit pouvoir circuler suffisamment pour permettre la respiration, mais sans laisser passer de petites particules comme les virus. C’est bien plus que du tissu et d’autres matériaux que vous pouvez couper et placer devant votre nez ou votre bouche avec deux bandes élastiques.

Les professionnels de la fabrication de masques utilisent généralement des matériaux spécifiques et ensuite, les traitent et les modifient en filtres. Ils les superposent en plusieurs couches de manière à ce que l’air qui passe soit filtré au maximum.

Les masques sont ensuite testés, ce qui nécessite là encore un équipement de pointe, de l’expérience, des locaux standardisés et des équipements de protection adaptés.

Plutôt que de fournir un « sentiment de protection », ce type de masque fait-maison peut ne pas réellement vous protéger du coronavirus. Il pourrait même être moins efficace qu’un masque chirurgical qui, bien qu’avec moins de filtration qu’un masque FFP2 (niveau minimum de protection contre les virus), répond déjà à un niveau de filtration suffisamment complexe.

8. La nouvelle tendance : les masques en tissu de marque certifié conforme

• Avantages des masques en tissu

Le masque en tissu a été proposé comme une excellente alternative aux masques chirurgicaux, que nous devons utiliser pour nous protéger et protéger les autres. Les grandes entreprises liées au monde de la mode telles que Louis Vuitton, Fendi, Gucci, La Condesa ou Urban Outfitters n’ont pas tardé à concevoir des masques en tissu pour trouver leur niche sur ce marché.

• Masques en tissu Parfois

Parfois est une entreprise de bijoux et d’accessoires que nous adorons. Ils ont mis à jour leur collection avec un masque noir original pour correspondre à n’importe quel look : la phrase « Let’s Go » y est gravée. Ce masque est certifié par le sceau “Masques COVID-19 approuvés” par le laboratoire CITEVE et vous pouvez l’utiliser même les jours de canicule grâce à sa perméabilité.

• Masques en tissu Benetton

Benetton est l’une de nos marques préférées, grâce à ses designs totalement colorés et originaux de haute qualité. Ils ont lancé l’un des produits les plus révolutionnaires : les housses de masques. Avec ces produits, vous pouvez continuer à utiliser des masques chirurgicaux, mais aussi suivre la mode et les tendances. Ils ont plusieurs modèles, à la fois imprimés et lisses et colorés. Vous choisissez celui que vous voulez !

La marque fournit une série d’instructions pour les placer correctement. Tout d’abord, lavez ou désinfectez correctement vos mains, placez le masque face vers le bas, insérez le masque chirurgical ou hygiénique à l’intérieur du masque, avec la partie en contact avec le visage dirigée vers le haut. Vous n’aurez qu’à changer le masque chirurgical au bout de 3 ou 4 heures pour maintenir la sécurité.

9. Quel type de masque les enfants doivent-ils utiliser ?

L’utilisation de masques chez les enfants n’est autorisée qu’à partir de 3 ans.

Entre 3 et 12 ans, les enfants en bonne santé doivent porter des masques hygiéniques en fonction de leur âge. Il existe trois tailles différentes selon la tranche d’âge, indiquées sur l’étiquette du produit ou sur l’emballage. Il est important qu’ils portent la taille qui leur correspond. L’exception concerne les enfants qui ont été testés positifs ou qui présentent des symptômes. Dans ce cas, il est recommandé d’utiliser un masque adulte, car ils couvrent plus.

Les enfants atteints du Covid-19 ou présentant des symptômes positifs doivent porter des masques hygiéniques ou chirurgicaux certifiés UNE.

Chez les enfants de moins de 12 ans, il est obligatoire qu’un adulte supervise la mise en place, l’utilisation et le retrait des masques.

• Les masques à valves ne sont pas meilleurs

Certains types de masques possèdent une valve. Ils sont généralement plus chers et donnent l’impression de plus de sécurité. Mais ce n’est que d’apparence.

La seule fonction de la valve est de vous aider à mieux respirer, mais elle n’offre pas plus de protection. Ces masques à valve sont utiles si vous avez du mal à respirer à travers un masque, et ils sont un peu plus hygiéniques. Mais on le répète, ils ne protègent pas plus que d’autres, puisque la vraie protection est dans le tissu.

10. Combien de temps durent les masques chirurgicaux ?

Il existe deux types de masques: réutilisables ou non réutilisables (à usage unique).

• Masques non réutilisables

Ils ne servent qu’une seule fois. Quand vous avez fini de les utiliser, vous devez les jeter. Ils ne sont pas réversibles, vous n’avez donc pas à les utiliser du côté droit et inversement, car ils n’ont pas la même protection des deux côtés.

La durée d’utilisation maximale recommandée est de 4 heures, pour des raisons d’hygiène. Passé ce délai, il est conseillé d’en utiliser un autre.

• Masques réutilisables

Comme leur nom l’indique, ils peuvent être réutilisés tant qu’ils sont correctement lavés ou désinfectés.

Il est recommandé de ne pas les utiliser pendant plus de 4 heures. Passé ce délai, il faut le laver et en utiliser un autre. Ils ne peuvent pas être utilisés plus d’une fois s’ils ne sont pas nettoyés avant réutilisation.

Tous les masques réutilisables ont un nombre maximum de lavages, indiqué sur leur emballage. Passé ce nombre, son efficacité n’est pas garantie.

instruction1
instruction3

11. Comment mettre et enlever le masque correctement ?

• Mise en place du masque jetable (chirurgical ou FFP2).

Avant de placer le masque, vous devez bien vous laver les mains (eau tiède + savon) et vérifier que le masque ne présente aucun défaut ni déchirure. La partie rigide, généralement constituée d’une petite barre métallique, doit être placée autour du nez et non sous le menton. Sinon, le masque sera à l’envers et donc inefficace.

Les masques FFP2 et chirurgicaux ont une ou deux sangles élastiques, l’une sera passée derrière la tête et l’autre derrière le cou.

En outre, il y a certains modèles de masques chirurgicaux qui sont composés de deux bandes non élastiques qui doivent être nouées derrière la tête pour l’une et derrière le cou pour l’autre.

Une fois le masque correctement fixé et accroché, pincez la petite partie rigide autour du nez avec votre index et votre pouce. Cela devrait se plier autour de l’arête du nez et permettre au masque de s’adapter le plus étroitement possible à la forme de votre visage.

Enfin, ajustez votre masque. Assurez-vous que la partie supérieure du masque recouvre complètement le nez et que la partie inférieure du masque couvre tout le menton. Dans le cas des masques chirurgicaux, cet ajustement sous le menton doit être réalisé en étirant le masque vers le bas en allongeant les plis.

Enfin, assurez-vous que la face blanche du masque soit à l’intérieur, c’est-à-dire en contact avec le visage et la face bleue, ou autres couleurs, soit visible à l’extérieur.

• Retirez correctement un masque jetable

C’est quelque chose que nous ne mentionnons malheureusement pas assez, et peut-être que nous n’y pensons pas toujours, mais il est important de veiller à retirer le masque de la bonne manière.

Seuls les élastiques (ou fermetures) doivent être touchés, et jamais le masque en lui-même, en particulier sa face externe, c’est-à-dire celle qui n’était pas en contact direct avec la bouche. En effet, si votre masque a stoppé le virus, l’hébergeant sur sa surface extérieure, vous pourriez encore être infecté en touchant la zone contaminée, puis votre visage.

Une fois le masque retiré, mettez-le dans un sac en plastique avant de le jeter à la poubelle et évitez de le ranger dans vos poches ou dans vos sacs en attendant de vous en débarrasser.

Enfin, lavez-vous bien les mains pendant au moins 40 secondes avec de l’eau chaude savonneuse.

12. Comment laver ou désinfecter un masque réutilisable

Avant de réutiliser un masque à usage multipliple, vous devez les laver correctement. Il est également important de savoir qu’ils disposent d’un nombre maximum de lavages, qui est indiqué sur leur emballage. Lorsqu’il est dépassé, il doit être jeté, car il perd de son efficacité.

Le ministère de la Santé propose trois façons de laver un masque réutilisable :

• Dans la machine à laver

Utilisez un détergent normal et de l’eau à une température comprise entre 60 ° et 90 ° (cycle normal de la machine à laver).

• Avec de l'eau de Javel

Plongez les masques dans une dilution 1:50 d’eau de Javel avec de l’eau tiède pendant 30 minutes (1 dose d’eau de Javel et 50 doses d’eau). Ensuite, laver à l’eau et au savon et bien rincer pour éliminer tout résidu d’eau de Javel. Laisser sécher.

• Avec les produits virucides

Exceptionnellement, il est permis de désinfecter les masques avec des produits virucides autorisés par le Ministère de la Santé pour PT2 (usage environnemental), qui respectent la norme 14476 sur l’activité virucide et qui sont enregistrés pour une utilisation par le grand public.

Suivez les instructions du fabricant et, une fois toutes les étapes suivies, lavez le masque avec du savon et de l’eau pour éliminer tout résidu chimique. Laisser sécher.

• Peut-il être désinfecté en le mettant au micro-ondes?

micro-onde

Exceptionnellement, il est permis de désinfecter les masques avec des produits virucides autorisés par le Ministère de la Santé pour PT2 (usage environnemental), qui respectent la norme 14476 sur l’activité virucide et qui sont enregistrés pour une utilisation par le grand public.

Suivez les instructions du fabricant et, une fois toutes les étapes suivies, lavez le masque avec du savon et de l’eau pour éliminer tout résidu chimique. Laisser sécher.

13. Astuce pour éviter de brumiser vos lunettes si vous portez un masque

Le port d’un masque est relativement ennuyeux, mais cela peut devenir une expérience désagréable lorsque vous portez des lunettes. L’air que votre nez expulse sort de la partie supérieure du masque, et comme le verre est plus froid, il devient brumeux.

C’est un problème qu’il n’est pas facile d’éviter. Mais il existe toutefois quelques astuces que vous pouvez appliquer.

Par exemple, le service de police de Tokyo recommande de plier le haut du masque vers l’intérieur pour éviter que l’haleine chaude ne frappe le verre.

C’est une bonne astuce, mais cela réduit la surface protectrice, perdant de son efficacité. Cela pourrait agir contre la pollution, mais pas contre un virus.

Il est plus efficace d’insérer un tissu plié à l’intérieur du masque comme couche supplémentaire. Le tissu absorbera l’humidité, réduisant ainsi les risques de buées sur le verre de vos lunettes.

Enfin, le savon crée un film protecteur qui empêche les verres de s’embuer, bien que de petites gouttes d’eau puissent apparaître inévitablement.

• Les masques à valves ne sont pas meilleurs

Certains types de masques possèdent une valve. Ils sont généralement plus chers et donnent l’impression de plus de sécurité. Mais ce n’est que d’apparence.

La seule fonction de la valve est de vous aider à mieux respirer, mais elle n’offre pas plus de protection. Ces masques à valve sont utiles si vous avez du mal à respirer à travers un masque, et ils sont un peu plus hygiéniques. Mais on le répète, ils ne protègent pas plus que d’autres, puisque la vraie protection est dans le tissu.

caoutchou

14. Astuces si le caoutchouc vous fait mal ou vous dérange au travail

La plupart des masques sont attachés au visage au moyen d’élastiques placés aux oreilles. Après un certain temps d’utilisation, il est habituel que le caoutchouc commence à appuyer sur l’arrière des oreilles, provoquant des douleurs et même des coupures ou des marques.

Il y a énormément de vidéo sur internet qui vous donne des astuces comme le fait d’utiliser des  élastiques avec des crochets des deux côtés, qui sont vendus dans les magasins de mercerie et d’artisanat:

Comme vous pouvez le constater, le masque chirurgical est devenu un accessoire indispensable pour préserver notre santé, d’où son caractère obligatoire. Les masques sont venus dans nos vies pour rester, non seulement en tant qu’élément de base de la protection contre le coronavirus, mais en tant que complément qui peut être combiné avec nos vêtements. Nous vivons une période assez particulière voir exceptionnelle, car la seule chose qui est efficace pour se préserver de cette épidémie est ce simple masque chirurgical qui n’avait aucune importance il y a quelques mois de cela. Apprenons donc à vivre avec pour notre santé.